Tag Archives: developpement durable

3A parle de Cabine 13

14 Juil

 

Ils s’appellent Pierrick, Marie Gabrielle, Maixent, Julien, Margot, Arthur, Salomé, Gabriel ou encore Valentin… et ont tous décidé cette année d’opter pour l’écomobilité ! De la traversée des steppes de Mongolie, de Budapest à Istanbul, de Bangkok à Bali, en passant par Cuba, 4 équipes de 3Ayens traverseront cet été différents pays à vélo ou en triplette.

Durant plusieurs semaines, il leur faudra gérer quotidiennement les questions de logement, d’alimentation, de budget, d’orientation, ou encore d’entretien de leur principal moyen de transport. Qu’il s’agisse d’aider une association d’orphelins, de réaliser un rapport sur les réalités sociales, environnementales, culturelles propres à diverses régions du globe, d’élaborer un carnet de voyage « vert », ou encore d’intervenir dans des écoles pour faire découvrir l’Occident… ils sont tous plus motivés que jamais pour mener à bien leur projet.

L’association « Cabine 13 » a été fondée en 2001 dans le but d’aider les projets des étudiants de l’Ecole 3A, en particulier dans la réalisation de défis pionniers originaux et non-polluants. La quête introspective, la rencontre de l’autre pour un monde meilleur, la recherche de ses propres limites… telles sont les dynamiques qui inspirent d’année en année les nombreux projets. L’Ecole 3A soutient activement les initiatives de l’association « Cabine 13 ».

article publié par l’école ESCD 3A – voir l’article à cette adresse >> Article

Publicités

Velo insolite de la semaine: le tandem élevé

5 Août

Un peu perdu dans les numéros en ce moment mais bon c’est les vacances!! Sympathique vélo surement difficile à conduire! Il faut une bonne dose d’équilibre pour se lancer!

L’Europe à vélo en tractant un piano

8 Mai

AFP, Mise a jour : 13/03/2010 18:58

Un couple de jeunes voyageurs est parti samedi à vélo de Saint-Jean-de-la-Porte (Savoie), première étape d’un voyage de 6.500 km à travers l’Europe, avec l’intention de « jouer de la musique là où on ne les attend pas », grâce à un piano qu’ils vont tracter eux-mêmes.

Avec 250 kg de charge, dont 200 kg pour le seul piano, Guillemette Dufouleur et Christophe Clavet, 24 et 25 ans, s’apprêtent à parcourir durant neuf mois une quinzaine de pays : de la Macédoine à l’Angleterre en passant par la République Tchèque, le Maroc ou encore le Portugal.

Une aventure qu’ils effectuent à l’aide d’un vélo et d’un triporteur électrique, conçu par Christophe et équipé de batteries au lithium alimentées à l’énergie solaire.

« Nous voulons investir le quotidien des passants, les surprendre, aller là où on ne nous attend pas et nous laisser surprendre nous-mêmes par les rencontres », explique Guillemette Dufouleur, avant de rejoindre l’Italie.

« Nous sommes très curieux. On entend parler d’Europe, d’écologie, mais nous voulons concrètement lire le monde, voir comment on peut faire évoluer les choses », poursuit la jeune femme, pianiste depuis l’âge de 6 ans et comédienne.

Dans le répertoire de l’artiste, Claude Debussy et Erik Satie côtoient des musiques de Vladimir Cosma, mais aussi celles de Frédéric Chopin, des Rolling Stones ou de Radiohead.

Avec 20.000 euros de budget, financé par des bourses de la Commission européenne, du ministère de la Jeunesse et des Sports et des collectivités locales, le couple, qui a déjà tenté l’aventure en France l’été dernier, espère être de retour à la fin de l’année.

A New York, on pédale pour mincir tout en produisant de l’énergie

6 Mai

Un article un peu en dehors des sujets habituels…mais intéressant tout de même!

AFP, Mise a jour : 01/05/2010 22:04

« Electrisez votre entraînement! Réduisez simultanément votre tour de taille et votre empreinte carbone! »: dans un club de sports de New York, vingt personnes juchées sur des vélos d’intérieur pédalent furieusement… et créent de l’énergie électrique pour l’immeuble.

Au pays du fitness, longtemps peu soucieux de l’effet de serre, l’engouement pour le sauvetage de la planète ne pouvait pas ne pas atteindre le monde de l’exercice physique, et un ingénieux inventeur a mis au point un système qui permet de transformer l’effort en énergie propre et renouvelable.

Le mécanisme est simple: des capteurs placés sur le socle des bicyclettes transfèrent le courant continu de 12 volts produit par les cyclistes à un générateur qui le transforme en courant alternatif de 110 volts, la norme aux Etats-Unis. Le tour est joué, l’immeuble reçoit le courant électrique créé par les abonnés et diminue sa facture d’électricité.

« J’ai inventé le système en 2007, l’ai testé à partir de 2008 dans une petite salle de sports du Connecticut (nord-est), et le lancement commercial date de l’été 2009 à Los Angeles, début 2010 à New York et Washington », raconte à l’AFP Jay Whelan, PDG de l’entreprise « Green Revolution » qui a breveté l’appareil.

Vingt personnes créent environ 3 kilowatt en une heure, la durée du cours. A raison de quatre séances par jour, la salle fournit 300 kilowatts par mois, « ce qui équivaut à l’énergie nécessaire pour illuminer une maison pendant six mois », dit Jay Whelan, 46 ans, ancien consultant reconverti en inventeur grâce à une formation d’ingénieur.

A ce rythme, en un an les gymnastes arrivent à créer suffisamment d’électricité « pour équiper 72 maison pendant un mois », affirme-t-il.

Et si la salle de sports de Chelsea, à l’ouest de Manhattan, est beaucoup trop grande pour que sa consommation d’électricité soit assurée par la sueur des abonnés, des clubs plus petits pourraient l’être, assure Jay Whelan.

Pour l’instant, l’équipement n’existe que pour les vélos, mais l’équipe de « Green Revolution », qui compte déjà 45 employés, étudie des modèles de capteurs à installer sur d’autres machines de « cardio-training ». Chaque capteur est vendu 1.300 dollars, dit Jay Whelan.

Les sportifs sont enthousiastes. « Vous brûlez des calories et vous utilisez l’énergie, c’est formidable », dit Richard Kronick, un architecte qui finit la séance en nage. « C’est drôle, et c’est un défi efficace », surenchérit Felicia Rubin, radieuse.

Aux côtés de l’entraîneur Rick Meadows, qui crie des encouragements dans un micro en pédalant lui-même avec force, un arbre en verre vert transparent sert de jauge, une lumière qui monte et descend montre les watts créés collectivement.

Et sur les vélos, chacun voit le résultat de son propre effort. « J’ai créé 69 watts, mais je dois m’arrêter souvent pour changer la musique. Quelqu’un en a produit 105 aujourd’hui », dit Rick Meadows. « Les gens adorent l’idée qu’ils créent de l’énergie, et cela engendre la compétitivité dans le groupe », ajoute l’entraîneur.

« Tous ceux qui essaient veulent revenir pour voir s’ils peuvent améliorer leurs performances », indique Jennifer Carswell, responsable du club.

« Green Revolution » a déjà une quarantaine de clients, aux Etats-Unis et au Canada: des écoles, des universités, et un centre pour SDF. L’entreprise du Massachusetts qui fabrique le matériel a déjà produit plus de mille engins, et Jay Whelan a reçu des demandes de renseignements de la part de l’administration de quatre prisons.

Pérou : des cyclistes nudistes manifestent pour la défense de l’environnement

20 Avr

RTBF.be – 14.03.10 – 09:01

Une centaine de cyclistes peu vêtus ou entièrement nus ont participé samedi à une manifestation dans le centre de Lima pour défendre l’environnement et promouvoir la bicyclette comme moyen de transport alternatif, a constaté un journaliste de l’AFP.

Dans le peloton de cyclistes, seule une demi-douzaine d’hommes étaient entièrement nus et plusieurs femmes avaient choisi de se peindre le corps tandis que les autres cyclistes avaient opté pour un déguisement ou un simple maillot de bain. La manifestation, qui s’est déroulée sur une avenue du centre de la capitale péruvienne et était encadrée par la police, visait à sensibiliser le public aux bienfaits de la bicyclette.

Les cyclistes réclament des autorités plus de pistes cyclables dans cette cité de huit millions d’habitants au taux élevé de pollution. Ils exigent également des mesures plus sévères à l’encontre des automobilistes qui ne les respectent pas. La bicyclette ne pollue pas, est un moyen de transport très efficace, économique et bon pour la santé, soulignent les membres du collectif « cycloaction« , organisateur de la manifestation.
Belga

%d blogueurs aiment cette page :